Une découverte du pays et de ses habitants innoubliable

Publié le par Anso & Stéphane

DAY 01 - 19 mars 2003 : On est arrivé à 5h30, pas de retard. James et David de l’agence Prime Time sont venus nous chercher à l’aéroport et après un petit break dans le dortoir, nous partons pour notre Safari. Dans le 4*4, il y a avec nous une jeune fille du Ghana. Elle s’appelle Vera et a 25 ans. Après être passé dans la Great Rift Valley, et roulé pendant 4 ou 5 heures sur des routes puis des pistes, puis à travers la steppe et la savane, nous arrivons au camp à Masai Mara. Nous partons pour un petit Safari avant que la nuit tombe, là c’est grandiose, on ne sait plus où donner de la tête : des zèbres, des girafes, des topys, des gazelles (de Grant ou Thomson), des autruches… mais tout cela était tout simplement pour nous emmener à la rencontre du lion ! Ou peut-être devrais-je dire des lions, 1,2 puis 3, non ! 6 lions !… Nous assistons à une véritable stratégie d’attaque pour attraper des zèbres ou des gazelles Thomson. Malheureusement la nuit tombe et nous ne pourrons assister à l’assaut final.

Après cela nous sommes rentrés au camps pour un vrai premier repas africain avec de la coriandre : miam ! (sauf qu’un insecte est tombé dans la gamelle !) Une bonne nuit sous la tente est la bienvenue ! 

 

DAY 02 - 20 mars 2003 : Nous partons pour un full day game drive… à travers Masai Mara et là, notre premier stop concerne un chetaah (guépard) : c’est très beau. Ensuite, nous rencontrons des lions avec une magnifique crinière tout simplement en train de finir un zèbre : quel spectacle…

Nous nous rendons près la rivière Mara pour admirer des rhinos et des crocos… et nous rencontrons nos premiers singes voleurs : les vervets.

Après un pique-nique avec nos copains les japonais (qui ont pratiquement tout bouffé et n’ont rien laissé pour les autres !) nous repartons pour un tour et retrouvons quelques girafes, gnous et nos petits lions qui n’ont toujours pas fini leur zèbre. On a aussi vu pas mal d’éléphants, c’est impressionnant : tellement grand. Aussi des buffalo : c’est vrai que c’est beau et ça a l’air plutôt méchant et méfiant.

 

DAY 03 - 21 mars 2003 : Nous partons pour un game drive matinal (6h30) à la recherche du léopard et du rhino : résultat : nous avons vu deux magnifiques familles de lions : la première voulait attaquer un gnou mais celui-ci était trop loin. Quant à la deuxième, elle était en train de festoyer autour d’un buffalo… Un des lionceaux était carrément couché à l’intérieur du cadavre pour se rassasier. Ils n’étaient pas loin d’une dizaine autour de l’animal mort.

Juste avant, j’allais oublier, nous avons vu une lionne essayer d’attraper un bébé buffle : heureusement que sa maman était là pour le protéger : pauvre bébé ; il venait juste de naître : mais bon, c’est la loi de la nature ! Et nous rentrons au « Simba camp » On a discuté un long moment avec Isaac sur les différences entre les européens et les africains, sur leurs modes de vie… c’était très intéressant. Isaac est vraiment sympa avec nous : il nous explique tout.

Après avoir mangé, nous allons visiter un village masai : malgré notre gêne, nous pouvons mieux comprendre comment ils vivent. Un habitant du village nous explique la signification des danses (Danse du lion, danse de la circoncision). Les maisons sont faites en bouse de vache, et il y a des cafards… ouille maman ! Je ne suis pas très à l’aise !

Ensuite, un guerrier Masai nous emmène faire un tour dans la montagne : on a une vue fantastique. On peut voir une dizaine de tâches sombre : il s’agit des villages masais dispersés dans la vallée. C’est vraiment sympa. Aussi, notre guerrier (Kimaru : son prénom) nous apprend à nous laver les dents au moyen d‘une branche d’arbre bien particulière dont la sève fait office de dentifrice… Stéphane est épaté. Il nous explique également comment il a fait pour avoir de si grand trous dans les oreilles : en fait, on commence par lui faire des petits trous dans les oreilles à l’âge de 4 ans, dans le trou, on met un petit bout de bois. Petit à petit, on met de plus en plus gros morceaux de bois. Notre ballade avec Kimaru s’achève : c’était ma fois bien sympathique.

 

DAY 04 - 22 mars 2003 : Après une dernière virée dans la réserve de Masai Mara, nous nous dirigeons en direction de Nakuru pour poursuivre notre safari. Nous nous arrêtons pour manger dans un petit resto bien mignon puis repartons : pas très loin… au bout de 7 km : notre 4x4 Land-rover s’arrête net ! Que se passe-t-il ? Isaac essaie de comprendre. Stéphane et moi essayons de l’aider. En fait, c’est une panne d’essence : le 4x4 a deux réservoirs et le passage sur le deuxième réservoir ne s’étant pas fait, nous sommes tombés en panne. La nuit tombe, Isaac pense à notre sécurité et nous renvoie à l’hôtel du midi. On l’attend là-bas : une heure peut-être… Il arrive ! Nous repartons. Nous arrivons avec retard à Nakuru mais ce n’est pas grave. « It can happen sometimes everywhere in the world»!

DAY 05 - 23 mars 2003 :Nous partons pour le Lac Bogoria : un magnifique spectacle. Les geysers, les oiseaux, le site en lui-même… Nous nous promenons autour du lac, on regarde des vacanciers kenyan faire bouillir des œufs dans les hot spring, c’est marrant !…Ensuite Isaac nous propose de manger à l’africaine. Nous allons dans un petit resto où, après la cérémonie du lavage de mains, nous découvrons de nouveaux mets… « Il faut malaxer, avec ses mains, la pâte blanche appelée Ugali pour lui donner la forme d’une cuillère et avec cela, on prend un peu de légumes et de viande. C’est bon et ça nous amuse ! C’est cool. Ensuite, nous allons à Baringo, et là il se met à pleuvoir. Nous trouvons, non sans difficulté, Harun pour faire le tour en bateau : c’est un peu cher pour ce que c’est mais bon,… On ne peut pas gagner à tous les coups. Nous rentrons à Nakuru et allons au lit pour une très bonne nuit.

 

DAY 06 - 24 mars 2003 : La femme d’Isaac, Rosanna et Brian nous font l’agréable surprise de nous accompagner pour notre safari dans le parc de Nakuru. C’est à cet endroit que nous voyons notre premier White Rhino, c’est impressionnant, nous avons l’impression d’avoir fait un retour à la préhistoire. Malgré cinq paires d’yeux constamment fixés sur les branches des arbres, nous ne verrons pas de léopard. C’était notre dernier jour de Safari avec Isaac. Nous avons vraiment apprécié sa compagnie, il était toujours super gentil avec nous et nous a beaucoup appris, tant sur la vie des animaux que nous avons croisés que sur sa vie en tant que kenyan. Merci Isaac de ce merveilleux moment que tu nous as permis de passer… Finalement, Isaac nous dépose à Naivasha et nous voilà parti pour de nouvelles aventures avec Peter.

 

DAY 07 - 25 mars 2003 : Dès huit heures du matin, nous enfourchons nos “mountain bikes” pour aller à la découverte du Parc de Hell’s Gate. J’apprécie seule pendant que Stéphane souffre de brûlures d’estomac sur son vélo (dont les vitesses ne fonctionnent pas en plus !).

Ensuite, Peter nous propose, après avoir visité le site de l’usine géothermique, de faire une petite marche de 2 heures environ ! Nous partons donc à la découverte des gorges ! C’est magnifique, vraiment superbe. On voit quelques sources d’eaux chaudes, de ci de çà. Stéphane fait mine de prendre une douche sous l’une d’entre elles… C’est sympa.

On retourne au camps avec nos vélos, toujours au milieu des zèbres et des gazelles, on a l’impression d’être sur une autre planète, où l’homme semblerait vivre en harmonie avec la nature : comme quoi, cela doit toujours être possible!

Après un court arrêt au bord de la piscine pour se rafraîchir, nous retournons à Nairobi. Arrivé dans le dortoir, on pose nos sacs. Je ne retrouve plus mon maillot de bain… Fausse alerte, quelqu’un a simplement eu la gentillesse de l’étendre étant donné qu’il n’était pas complètement sec. Merci !

Nous partons à la découverte de Nairobi, la ville est grande et il y a de belles bâtisses, surtout style des années 70. On se ballade dans le business center et on s’aperçoit bien rapidement de l’écart de richesse entre les habitants du kenya… D’un côté des jeunes kenyans dans des cafés branchés, de l’autres des personnes sans chaussures, assises par terre et qui doivent se demander ce qu’elles mangeront le soir même… On voit aussi des hommes d’affaire dans des 504 rutilantes ! (Isaac nous a appris qu’il y a toujours une usine de Peugeot 504 à Mombasa !)

Après avoir acheté un peu à manger, quelques pelloches (car on a quasiment tout utilisé notre stock pendant le Safari) et 1 CD de musique swahili, nous retournons à Prime Time pour la nuit, avant notre départ pour la côte.

 

DAY 08 - 26 mars 2003 : Départ à 8h45 Mombasa par le bus – Coast Bus environ 700 shillings - 7 H de bus. Arrivée Mombasa vers 16H30 – Matutu pour Ukunda – Puis Ukunda Diani (environ 40 kms). Ca y est on est dans un Coast Bus, la compagnie la plus « safe du Kenya » et on y est pour 7 heures ! En fait, tous les gens que nous avons rencontrés nous ont conseillé de prendre la Toast (coast en fait mais le lapsus aurait pût être révélateur!) bus as it is the safest company in Kenya ! Ben heureusement qu’on n'en a pas pris un autre car on serait sans nul doute mort au mieux de peur pendant le trajet ! Ils sont complètement fous sur la route. Autant dans la vie, ils vont Pole Pole, là c’est à celui qui ira le plus vite !Et vas-y que je te double à 100 m de la fin de la côte et que je ne vois rien ! On a failli arracher les sièges tellement on se cramponnait après ! Nous prenons donc la sage décision de prendre notre avion directement de Mombasa et de ne pas retourner à Nairobi au péril de notre vie !

Bref, sur le trajet, nous traversons quelques petits villages, apercevons le Kilimanjaro et découvrons des forêts entières de Baobabs : c’est majestueux et intemporel… Le paysage est grandiose mais que la route est dangereuse, sur la route nous avons vu pas moins de 3 accidents graves dont un car renversé avec une foule énorme autour ainsi que deux camions citernes (J’ai bien peur que les chauffeurs n’aient pas survécus…) L’aménagement routier est une des priorités du nouveau gouvernement de « Mwai Kibaki » avec de l’eau et de l’électricité pour tous bien sûr.

Une fois arrivés à Mombasa, nous négocions un taxi pour Diani pour 1200 Ksh (à priori, nous avons plutôt bien négocié notre affaire). Nous nous rendons à Diani Beachalets, nous passons une première nuit dans un cottage en rez-de-chaussée, pas très joli.

 

DAY 09 - 27 mars 2003 : Nous avons la chance de déménager à l’étage : l’appart est plus grand que celui que celui de notre vie de tous les jours! Et pour 10 dollars la nuits, et à 200 m de la plage : c’est pas fantastique ? C’est beaucoup plus lumineux et plus sympas. Le seul Hic, c’est les singes qui nous réveillent le matin. Mais bon, ils sont amusant ces singes, c’est quand même plus sympa que les pigeons ! Ces coquins nous ont volé notre jeu de Uno. On l’a retrouvé par terre, avec l’emballage complètement déchiqueté. Ils ont cru que c’était à manger, une fois qu’ils ont compris qu’il n’y avait rien de comestible dans un jeu de Uno, ils l’ont jeté par terre. Idem avec la crème Nivéa : Chenapans !!! Nous faisons une journée bien tranquille où nous profitons de la plage et de la mer. Nous nous renseignons pour aller visiter l’île de Wasini et le Parc Marin de Kisite. Nous nous accordons pour partir le Samedi.

 

DAY 10 - 28 mars 2003 : Nous partons découvrir la ville de Mombasa. Nous partons en matatu jusqu’à LiKoni puis prenons un Ferry pour rejoindre L’île de Mombasa.Tout d’abord, nous visitons Fort Jésus. Un kenyan s’improvise notre guide, finalement c’est plus intéressant comme cela. Il nous explique tout.

Ensuite nous allons à la découverte de la vieille ville. Tous les vendeurs nous accostent les uns après les autres pour visiter leurs shops, on n’en a pas très envie. Finalement on entre chez l’un d’entre eux, je lui achète un collier pour 150 Ksh et un stylo. Après discussion, on se met d’accord pour qu’Harrison nous emmène visiter le marché.

Le marché est très grand. On y achète, après négociations évidemment, des clous de girofles, du café (pas bon, mais ça on ne pouvait pas deviner !) et des bananes.

J’offre une banane à notre guide du moment, puis finis par donner la plupart des autres à un pauvre erre dans la rue.

Après s’être échangé nos adresses e-mail avec Harrison, nous repartons Stéphane et moi dans Mombasa.

Nous regagnons Diani en Matatu. C’était une journée intéressante.

 

DAY 11 - 29 mars 2003 : Très tôt nous partons pour l’île de Wasini, île 100% musulmane et dépourvue d’eau douce. On commence par faire la tournée de tous les hôtels de Diani pour récupérer tous les inscrits à la journée puis partons pour l’île. Après environ ¾ d’heure de bus, nous embarquons dans un joli bateau. On se dirige dans le parc marin de Kisite. Un fois arrivé, nous plongeons dans les merveilleux coraux et découvrons des centaines de poissons… On est heureux, c’est tellement beau. Par contre le soleil tape et on a beau se badigeonner de crème, cela ne suffira pas à nous protéger des méchants coups de soleil. Le midi, nous déjeunons avec Marie et son copain : un couple de français qui séjourne à l’océan beach hôtel. Stéphane déguste un énorme crabe, moi je craque évidemment pour un poisson à la noix de coco. Un délice. On se remémore notre plongée du matin, et notre arrêt sur ce mini atoll… fabuleux. Après ce déjeuner sous une paillote sous laquelle dormaient des dizaines de chauves-souris, nous partons visiter le jardin de corail, c’est très agréable. De retour au restaurant, il faut penser à repartir et peut-être rencontrer les dauphins. Stéphane et moi décidons de rejoindre le bateau à la nage, plutôt qu’au moyen de la barque. Arrivés au bateau, nous scrutons tous une nouvelle fois l’horizon dans l’immense espoir d’apercevoir des dauphins, malheureusement ce ne sera pas pour cette fois.

Nous retrouvons le continent africain et allons visiter une grotte qui servit notamment à l’époque de l’esclavage : triste visite qui nous rappelle la cruauté des hommes.

Nous retraversons les pistes et retrouvons notre adorable cottage.

Nous avons passé une très bonne journée.

 

DAY 12 - 30 mars 2003 : Dès quatre heures du matin environ, nous sommes réveillés par la forte pluie qui s’abat sur Diani beach. La pluie tombe vraiment très fort. C’est impressionnant voire inquiétant. Nous tentons de dormir encore quelques heures. Au moment de se lever, il pleut toujours, le temps est très maussade. Mais un rendez-vous met de la lumière dans ce jour un peu gris : c’est aujourd’hui que je me fais faire mes nattes. Dès neuf heures, malgré mon rendez-vous à 11 heures, j’arrive chez le coiffeur. Cela ne servit à rien puisque la coiffeuse arriva comme prévu à 11 heures. Une fois arrivée et après quelques nouvelles négociations de tarif, je me fais faire mes nattes. Les deux heures qu’elle m'avait annoncées au départ se révèlent être en fait : 5 heures (c’est ça aussi l’Afrique) ! Au grand désespoir de Stéphane qui ne sait plus quoi faire pour tuer le temps ! Après 17 heures, la journée sera bien vite passée.

 

DAY 13 - 31 mars 2003 : Voilà une belle journée qui sera rythmée par des parties de Uno sur la plage avec des copains du jour, des baignades et farniente sur la plage. C’est très agréable de ne rien faire, et puis c’est tellement beau, on ne se lasse pas de contempler le grandiose de ce paysage si sauvage et si préservé.

Après une longue marche sur la plage, nous décidons d’aller nous restaurer chez Ali Barbour : un des plus prestigieux restaurants du Kenya à en croire nos guides.

Effectivement la soirée est très agréable au sein de cette grotte de corail dont le plafond n’est autre que la toile céleste. La lumière y est discrète et délicate grâce à ces jolies lampes marocaines. On passe une délicieuse soirée et nous régalons.

 

 DAY 14 - 1 avril 2003 : Comme prévu la veille avec les kenyans que nous avions rencontrés sur la plage, nous allons faire un tour en boutre : à notre grande surprise, le spectacle marin que nous découvrons à cet instant n’a rien à envier au Parc marin de Kisite. En effet, des poissons par dizaines, des coraux somptueux, on explore les moindres recoins de cette barrière de corail. On voit des belles étoiles de mer, des poissons clown : fantastique. On profite de notre dernière journée de plage pour parfaire un peu notre bronzage (tâches rouge et pelage pour Stéphane, bronzage parfait et resplendissant pour An’So : évidemment !).

 

DAY 15 - 2 avril 2003 : C’est le grand jour du départ : 7 heures tapantes, notre taxi nous attend comme prévu en bas de notre appartement, on est assez triste de devoir partir mais vraiment heureux d’avoir rencontré à la fois des  personnes d’une gentillesse assez exceptionnelle et des paysages tellement variés et toujours très beaux. Nous arrivons à l’aéroport, enregistrons nos bagages et passons la douane. Stéphane est menacé de racket par un policier kenyan, mais il arrive à s’en sortir sans mettre la main au porte monnaie.On profite des quelques heures à tuer pour faire nos derniers achats non sans marchander bien sûr. Stéphane s’est prit au jeu : un vrai allemand ! ous embarquons dans l’avion : heureusement que nous avions demandé une place pas sur l’aile et avec un hublot ! Nous nous retrouvons sur l’aile et sans hublot. Une gentille hôtesse nous propose une place en haut, c’est très agréable. Nous profitons de l’Afrique pour la dernière fois vue du ciel. On a des images plein les yeux, et la vue du Kilimandjaro, c’est la cerise sur le gâteau. Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage !

Publié dans kenyasafari

Commenter cet article